Les grandes marques du Monde au Grand Palais 2015 - Bonhams


C'est une première pour moi. Première fois que j'assiste à la vente Bonhams au Grand Palais, intitulée "Les grandes marques du Monde au Grand Palais". Le cadre est particulièrement sublime, et cette année les lots sont de meilleure "qualité" qu'auparavant. Découvrons cela ensembles !

____

Lot 320 : Abarth 750 Spider Allemano

 

Cette superbe Abarth provient de la collection "Maranello Rosso", qui l'a acquise en 1998. Elle a été vendue neuve aux Etats-Unis où elle serait restée jusqu'en 1998. Elle n'a pas, sinon peu, roulé depuis. Cet exemplaire possède un moteur Fiat, et il se peut que la carrosserie soit unique.

 

Estimée entre 20 et 30 000 euros.

Vendue 42 550 euros, sans prix de réserve.

Lot 322 : Abarth 1000 Bialbero "Long Nose" coupé


Cette Abarth provient de la même collection que le lot présenté précédemment. Cette fois-ci, l'auto est restée depuis ses débuts en Italie.

 

Estimée entre 120 et 160 000 euros.

Vendue 161 000 euros.

Lot 325 : Facel Vega II

 

Nous avons peu d'information sur cette Facel Vega II, si ce n'est qu'elle a été en partie restaurée il y a une dizaine d'années lorsqu'elle a été repeinte ainsi. Elle possède un titre de circulation anglais. C'est dommage de la part de Bonhams de donner aussi peu d'informations pour de tels modèles...

 

Estimée entre 275 et 375 000 euros.
Invendue.

Lot 327 : Alfa-Romeo 6C 1750 Spider Gran Sport par Zagato

 

Voici le lot phare de la vente ! Vendue en avril 1931 à un des pilotes usine d'Alfa Romeo, celui-ci la revendit en décembre de la même année à un habitant de l'île d'Elbe ! La 6C resta sur cette île jusqu'en 1949, quand Anthony Baker en prend possession. C'était un homme sous immunité diplomatique. Visiblement, il se faisait quelques amis dans ce monde restreint et revendit l'Alfa à un de ses collègues, Martin Browe. En 1960, ce dernier prit contact avec le capitaine Lesco Kaufmann du 54ème bataillon de transport, qui en fit l'acquisition. Il la ramena avec lui aux Etats-Unis. En 1969, apres qu'il est décédé, la voiture est vendue à John C. North, qui la gardera dix-sept ans. En 1987, on retrouve l'Alfa, qui avait été vendue par un marchand Londonien, en Suisse. Elle y demeure depuis. Le propriétaire actuel a participé quatre fois aux Mille Miglia, mais l'auto fut également présentée aux plus grands Concours d'Elegance : la Villa d'Este ou encore à Automobiles Classiques à Bagatelle, concours qui n'a plus lieu, qui était organisé par Louis Vuitton.

 

Estimée entre 1 800 000 et 2 400 000 euros.

Invendue.

Lot 330 : Ferrari 365 GTB/4 Convertie en Spyder

 

Les conversions de Daytona "coupé" en Spyder sont très nombreuses --> il n'y a eu que 123 cabriolets. Etant donné que la conversion a eu lieu en 2000 et non bien plus avant, on peut supposer que celle-ci a été faite à des fins financières. Vendue par Bonhams à Monaco en 2004, c'est là que l'actuel propriétaire en fait l'acquisition. La voiture était présente à l'édition 2009 de Sport & Collection.


Estimée entre 500 et 600 000 euros.

Vendue 649 750 euros.

Lot 333 : Bugatti Type 37 Grand Prix Biplace

 

Cette Type 37 a eu comme premier propriétaire un Français expatrié, qui faisait participer la Bugatti à divers rallyes en Tunisie ou au Maroc. Un militaire anglais découvrit la Bugatti abandonnée dans les années 50 ! Aidé par un de ses amis, ils restaurèrent la voiture avec passion... mais cela ne suffisait pas, ils n'arrivaient pas à retrouver toutes les pièces. En 1984, il cède l'auto à sa fille. Passionnée elle-aussi, elle n'arrive pas non plus à finir la restauration. Récemment, la Bugatti demandait un moteur, celui-ci fut alors commandé à Ivan Dutton, qui en produisit une belle réplique. Quelques travaux furent également effectués. Grâce à tout cela, la Bugatti fonctionne aujourd'hui !

 

Estimée entre 350 et 450 000 euros.

Vendue 258 750 euros.

Lot 336 : Ferrari 250 GTE

 

Possédant un gris pas très commun mais absolument magnifique, cette 250 GTE fut livrée neuve en France par la Franco-Britannic. Elle passa ensuite entre les mains d'un allemand qui la gardera jusqu'à son décès. L'actuel propriétaire l'a achetée en 2010 à Monaco et elle à depuis été restaurée pour 40 000 euros, dont 28 000 euros réservés au moteur ! C'est un exemplaire "matching numbers".

 

Estimée entre 250 et 350 000 euros.

Vendue 287 500 euros.

Lot 337 : Citroën Traction 11BL Cabriolet

 

Cela fait plus de quarante ans qu'elle appartient au propriétaire actuel ! Celui-ci, lors de son achat, l'a directement envoyée en restauration, et ce pour dix ans. La carrosserie était loin d'être parfaite. C'est durant cette restauration que la voiture acquiert ces deux belles couleurs en parfaite concordance. Elle a été plus récemment, encore une fois mais plus légèrement, restaurée, à La-Ferté-Bernard.

 

Estimée entre 150 et 180 000 euros.

Vendue 184 000 euros.

Lot 340 : Maserati 3500 GT Spyder Vignale 

 

Exporté directement en Californie, cette 3500 GT "matching numbers" est une troisième main. Elle a été restaurée par son actuel propriétaire, un Hollandais qui la possède depuis un certain temps, dans sa couleur d'origine, c'est une des voitures à saisir du moment... Je l'ai retrouvée à la carrosserie Lecoq quelques semaines plus tard !

 

Estimée entre 600 et 800 000 euros.

Vendue 793 500 euros.

Lot 343 : Citroën DS Le Dandy

 

Achetée par son premier propriétaire qui la garda jusqu'en 2000, il s'agit une nouvelle fois d'une troisième main. Selon le propriétaire actuel, il n'y aurait que trois DS Le Dandy, sur les cinquante, sous cette forme. Elle a été entièrement restaurée il y a peu.

 

Estimée entre 160 et 220 000 euros.
Invendue.

Lot 344 : Bentley Continental Type R

 

Franay a carrossé cinq Continental Type R. Curieusement, nous en retrouvons deux cette année : une chez RM Auctions, l'autre ici, sous vos yeux. Celle-ci est aussi unique, et elle a été exposée sur le stand Franay au salon de Paris 1955, pour la 42ème édition, qui se tenait d'ailleurs comme cette vente, au Grand Palais. C'est la Franco-Britannic qui se chargera au moins trois fois de la vendre, avant qu'elle parte aux USA. Elle est donc rapatriée par son nouveau propriétaire, un avocat Américain. Il la garda plus de vingt ans. L'actuel propriétaire, un allemand, en fait l'acquisition en 1999. Il participe en 2003 à la Villa d'Este et l'auto se présente toujours dans un très bel état.

 

Estimée entre 850 000 et 1 150 000 euros.

Invendue.

Lot 345 : Aston Martin DB5 Convertible

 

Vendue neuve aux Etats-Unis à une riche héritière, celle-ci la revendit à des gens dont l'identité n'est pas connue, puis elle passe entre les mains d'un médecin du Colorado. Celui-ci la met en vente en 2007, à peu près quarante ans après son achat. Elle est immédiatement récupérée par Stephen Bell, qui l'avait dans le collimateur depuis un certain temps. L'auto fut revendue après avoir subit une restauration à Tom Price, collectionneur bien connu d'Aston Martin en Californie. Le véhicule affiche 37 000 kilomètres. La voiture est toujours immatriculée en Californie, il faudra donc faire face à diverses procédures pour l'immatriculer dans le pays de son choix...

 

Estimée entre 1 600 000 et 1 900 000 euros.

Vendue 1 897 500 euros.

Lot 347 : Horch 853 Cabriolet

 

Les Horch 853, toutes séries confondues, furent produites au final à 950 exemplaires. Chacune est superbe et se rend unique par les milliers de configurations possibles. Cette superbe Horch porte le numéro de châssis n°853400, elle a été restaurée dans les années 90, repeinte en 2005, année où elle intégra une collection Italienne, et se présente toujours en bel état. Elle a auparavant été vendue par Artcurial à Retromobile en 2012.

 

Estimée entre 300 et 400 000 euros.
Vendue 379 500 euros.

Lot 349 : AC Cobra 289 Mark II

 

Livré en conduite à droite, cet exemplaire fut transformé en conduite à gauche par Autokraft à la demande de son propriétaire. Avant de rejoindre celui qui la possède actuellement, l'auto appartenu a un des membres de la famille Rothschild. Ce n'est que douze ans après sa sortie d'usine, le propriétaire actuel en fait l'acquisition. Nous sommes alors en 1978. L'auto affiche son immatriculation d'origine, bien qu'elle possède un titre de circulation Hollandais. Entre autres, le moteur a été refait et elle ne possède plus sa couleur d'origine.

 

Estimée entre 600 et 700 000 euros.
Vendue 937 250 euros.

Lot 350 : Bugatti Type 57 Ventoux

 

Il s'agit d'un exemplaire de la première série des Ventoux, dans un bel état assez original. Par exemple, elle a toujours son moteur d'origine, la peinture semble aussi être d'origine. En 1960, l'auto prend la route des Etats-Unis. Son propriétaire s'inscrit au club Bugatti du pays. C'est incontestablement un exemplaire bien entretenu.

 

Estimée entre 380 et 480 000 euros.

Vendue 437 000 euros.

Lot 351 : Alfa-Romeo 6C 2500 Sport Cabriolet, de 1947

 

Livrée en Suisse du côté de Lugano, le moteur de cette 6C rendu l'âme dès 1950. Elle n'a donc plus son moteur d'origine. En 1970, on la retrouve à Düsseldorf et en 1999, elle est achetée par Norbert Kemkes. Celui-ci la restaure, c'est lui qui la vendra à l'actuel propriétaire. Vous noterez une couleur originale pour l'intérieur, avec ce bleu particulier.

 

Estimée entre 300 et 400 000 euros.

Vendue 322 000 euros.

Lot 360 : Ferrari 365 GTC/4

 

Cet exemplaire est d'origine rouge, il fut vendu neuf aux Etats-Unis. Rapatriée en Europe au début des années 2000, la voiture fut acquise par son actuel propriétaire, qui possède entre autres une F40, lors de la vente qu'organisait Artcurial en 2011 au salon Rétromobile. Elle affiche aujourd'hui environ 66 000 km et est en bel état globalement.

 

Estimée entre 200 et 260 000 euros.

Vendue 207 000 euros.

Lot 361 : Lancia Stratos

 

Cette Stratos n'est pas vraiment une Groupe 4. Elle fut livrée à un pilote de rallye en version "Stradale", mais celui-ci la convertit rapidement en Groupe 4, il voulait prendre part aux rallyes qui avaient lieu près de chez lui. Elle fut rachetée par un autre spécialiste de Rallyes, qui la repeignait cette fois en blanc. En 2005, 2006 et 2007, la voiture prit à nouveau part dans des rallyes.

 

Estimée entre 420 et 500 000 euros.

Invendue.

Lot 362 : Aston Martin DB4

 

Très belle en bleu, cette DB4 a été livrée neuve en Suisse. Le père de l'actuel propriétaire l'acheta en 1998, et il lui offrit l'auto une fois ses diplômes obtenus. Elle est immatriculée en Espagne, mais elle résidait en Italie. C'est vraiment une belle auto, utilisable au quotidien car elle est en très bon état de marche. Il s'agit d'une DB4 série II. Elle affiche un peu plus de 90 000 km.

 

Estimée entre 350 et 400 000 euros.
Vendue 425 500 euros.

Lot 363 : Ferrari F40

 

Cette F40 est pratiquement deux fois moins chère, si l'on en croit l'estimation, que celle de RM Auctions ! Pourtant... Elle n'est pas moins belle. Qu'est-ce qui peut expliquer une telle différence de prix ? Des estimations un peu fantaisistes, ou encore le pedigree de l'auto. Au pire, autant comparer les résultats au lieu de se baser sur des estimations. Voilà pour la parenthèse.

 

Cette F40 est une troisième main, mais elle fut lourdement accidentée en 1993. Le vendeur l'acheta en septembre 2013, et son kilométrage ne peut être réellement connu, pour le moment, même s'il est supposé rester faible. 

 

Estimée entre 550 et 650 000 euros.

Vendue 724 500 euros.

Lot 367 : Alfa-Romeo 6C 2500 Super Sport Cabriolet 

 

Dotée d'une rare carrosserie en aluminium, cette Alfa-Romeo fut livrée neuve à un Belge, Franz Gouvion. En 1960, la voiture part en Hollande et en 1979, elle est achetée par un collectionneur d'Alfa-Romeo, Roy Karstens. Elle connu encore un propriétaire Hollandais puis elle arriva chez le vendeur actuel. Il entreprit la restauration de la 6C, qui ne verra fin qu'en 2013.

 

Estimée entre 350 et 450 000 euros.

Vendue 379 500 euros.

Lot 371 : Ferrari 250 GT Coupe Pininfarina

 

Bien que ce soit la version la moins recherchée des 250, elle n'en est pas moins magnifique. Surtout avec les couleurs de l'exemplaire d'aujourd'hui, couleurs encore sublimées par la verrière du Grand Palais. Cet exemplaire a connu une quantité assez énorme de propriétaire, le propriétaire actuel l'ayant achetée lors de la vente Bonhams à Gstaad en 2005. Cette 250 possède des ailes élargies, ce qui la rendrait unique. 

 

Estimée entre 400 et 500 000 euros.

Vendue 552 000 euros.

Lot 373 : Isotta-Fraschini 8A SS Cabriolet

 

Dans un état époustouflant après une très belle restauration, cette Isotta-Fraschini ne manque pas de soigner les détails ! Dans cette restauration très "Américaine", 650 000 euros auraient été déboursés. Passons à son histoire. L'auto fit une première apparition au Salon de Milan en 1930, puis elle alla chez son premier propriétaire, le fils de William Randolph Hearst, qui la céda à son chauffeur. Elle aurait ensuite appartenu à un Vénézuélien résident en Californie. Durant la folle semaine des ventes de début janvier à Scottsdale, l'auto fut vendue en 1990. Elle serait alors passée entre les mains de Bob Pond, un collectionneur. Il la garda jusqu'en 2009 où le propriétaire actuel en fit l'acquisition.

 

Estimée entre 900 000 et 1 300 000 euros.

Vendue 931 500 euros.

Lot 375 : Aston Martin DB4 Convertible

 

Appartenant au même propriétaire depuis 35 ans, cette DB4 a passé la majorité de sa vie en France. DB4C/1053/L a beaucoup roulé et ça fait plaisir ! Son compteur affiche 212 000 km. L'auto a été repeinte trois fois, dont deux fois dans sa couleur d'origine. Elle est très bien entretenue et peut parcourir de longues distances sans réel problème. L'Aston Martin est en très bon état. Pour vous prouver sa rareté, il y eut moins de DB4 Convertible en conduite à gauche que de DB4 GT ! Récemment, elle prenait encore part à quelques événements, notamment à Linas-Monthlery. Assurément l'une des plus belles voitures de la vente !

 

Estimée entre 1 200 000 et 1 600 000 euros.
Vendue 1 219 000 euros.

Lot 381 : Alfa Romeo 6C 1750 Gran Sport

 

Cette Alfa Romeo fut achetée par F. W. Stiles, le seul concessionnaire Alfa Romeo anglo-saxon en son temps. Il fit engager le modèle en course, par Boris Ivanowski, homme qui a terminé deuxième en Mercedes SSK aux 24 heures du Mans 1931. Il avait également gagné les 24 heures de Spa un an plus tôt. Cet officier de la Garde Impériale Russe s'engagea donc avec cette Alfa, avec laquelle il terminera huitième au Double Twelve de Brooklands, remportant sa classe. Après cette course, l'auto se remets sur le chemin de la ville. Elle est vendue en 1931. Elle connait trois propriétaires jusqu'en 1957. En 1961, un Écossais, Michael Miller, l'achète. Il la gardera trente ans. En 2013, l'auto est restaurée.

 

Estimée entre 1 200 000 et 1 400 000 euros.
Vendue 1 184 500 euros.

Lot 390 : Aston Martin DB2/4 MKI Coupé

 

Livrée neuve au Luxembourg, cette DB2 a d'origine deux phares Lucas. Elle est dans ses couleurs d'origine actuellement. Avec tout les chromes qu'elle possède, elle a un "look" bien à elle. Son propriétaire actuel l'a acquise en 2007.

 

Estimée entre 185 et 225 000 euros.
Vendue 195 500 euros.

Lot 391 : Ferrari 365 GT 2+2 

 

Le premier propriétaire de cette Ferrari la gardera seize ans. Elle était à sa livraison dans sa livrée d'aujourd'hui. Elle n'a plus ses jantes d'origine, qui seront vendues avec la voitures, mais des jantes Borrani qui lui vont bien mieux. Elle est certifiée Ferrari Classiche.

 

Estimée entre 190 et 230 000 euros.

Vendue 241 500 euros.

Lot 393 : Alfa Romeo 6C 2300 B Pescara Berlinetta

 

Possédant une carrosserie aussi magnifique qu'unique, cette 6C fut exposée au Salone dell'Automobile 1937 Milano. Après avoir participé à une course de côte en 1949, elle fut transformée en camionnette en 1954 ! Après cela, on en perd la trace et elle n'est retrouvée qu'en 1992. En 2002, sa restauration complète commence. En 2006, elle est terminée. On la retrouve à la Villa d'Este en 2008 et à Peeble Beach en 2009. Au Concours d'Elegance du Koweït en 2012, elle reçut même le prix de la plus belle restauration.

 

Estimée entre 800 000 et 1 100 000 euros.
Invendue.

Lot 396 : Ferrari FXX

 

En achetant une FXX à sa sortie, on s'abonne automatiquement au FXX Program, qui consiste à des journées de roulage entre FXX, ou entre membres du Ferrari Corse Clienti, souvent privées. Nous sommes alors coachés par des techniciens Ferrari officiels, qui connaissent tout de la voiture. La voiture présentée aujourd'hui appartenait à un Japonais depuis l'origine. Une machine à sensations, sensations qui sont très chères. Imaginez débouler ceci sur la route... Elle était vraiment bien placée lors de la vente, et tant mieux car c'était sans doute ma préférée ! 

 

Estimée entre 1 400 000 et 1 700 000 euros.

Invendue.

Lot 431 : Aston Martin DB6 Mk2

 

Dépourvue de pare-chocs, c'est cette DB6 que j'ai choisi de vous présenter sur les trois de la vente. Elle se distingue nettement des deux autres. D'abord, elle a l'injection. Ensuite, elle possède sa configuration d'origine. Puis c'est une Mk2, version assez rare. Mais surtout, elle est sublime !! Parfois, les photos sont plus fortes que les paroles, constatez.

 

Estimée entre 275 et 350 000 euros.
Vendue 270 250 euros.

Lot 434 : Citroën DS19 Cabriolet

 

J'aime l'originalité, ceci en est la preuve ! Cette DS19 Cabriolet n'est pas tout à fait... discrète ! De plus, il s'agit d'une première main, et c'est un vrai cabriolet. Si vous voulez vous démarquer, prenez celle-là ! Elle a été révisée et restaurée très récemment, d'où ce très bel état. Aussi très bien placée, il faut le souligner.

 

Estimée entre 135 et 155 000 euros.

Vendue 149 500 euros.

Les autos présentes ont beau être d'une extrême rareté et qualité, mais alors, la vente aux enchères... Sérieusement, je ne comprend pas. Pourquoi appeler des personnes n'y connaissant rien et ne faisant que traduire des phrases ? Sérieusement, ça perturbe tout. Pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle, je parle de la commissaire-priseur. Imbuvable. Nombre d'erreurs incroyable. J'espère que ce ne sera pas elle l'année prochaine !

 

Mis à part cette petite aparté, revenons-en au sujet. Ici, le cadre prime. Et il y a beaucoup de merveilles. Pour moi, cette vente est à classer juste après celle d'Artcurial, en terme de qualité. RM Auctions allant en dernière position, toujours selon moi, et uniquement à la vue des lots. En tout cas, le Grand Palais est sublime et aide bien à attirer les gens. Ayant pu être accrédité, j'espère que ce sera le cas l'année prochaine, et que ce reportage est assez constructif.