Dans cet article, nous vous présentons les automobiles du Concours d'Etat, qui représente l'attraction principale de Chantilly Arts & Elegance. Il y a en tout quinze classes cette année, dont quatre qualifiées de "spéciales", où plus d'une centaine d'automobiles sont en lice pour obtenir une précieuse récompense : le Best of Show ! Toutes ces voitures d'exceptions sont disposées, comme l'année précédente, dans les jardins Le Nôtre.  

Les Châssis Européens à Moteur Américain (Fermées)



Cette Bizzarrini A3L de 1965 est superbe, il n'y a pas mieux pour commencer un tel article ! Bien que nous voyons majoritairement ce type d'autos dans les courses historiques telles Le Mans Classic ou le Goodwood Revival, avouez qu'elle a parfaitement sa place dans un tel cadre !

Pour cette ISO Rivolta 300 GT de 1968, présentée ici au nom de Marella Rivolta, le châssis européen est oeuvre de Bizzarrini, tandis que le moteur américain est oeuvre de Corvette, ce qui produit un superbe mélange.

Voici une Bristol 410 de 1969.

Et une Monteverdi 375/4 High Speed dotée d'une carrosserie Frua de huit années plus âgée. Nous adorons les formes carrées de l'auto ! Elle est présentée ici par Simon Kidston, collectionneur et vendeur de renom. Peut-être fera t'il dans le futur la route avec l'une de ses superbes autos (Lamborghini Miura ou McLaren F1 par exemple...), comme il a coutume de le faire à la Villa d'Este, où il est d'ailleurs le "speaker" de l'événement ?

Les Châssis Européens à Moteur Américain (Ouvertes)

 

Dans cette classe, nous retrouvons les voitures ayant un châssis Européen mais un moteur Américain. La marque Anglaise, AC est à l'honneur et ne compte pas moins de trois modèles en lice, Facel Vega est également présent, sans oublier une Siata et une Allard, des marques méconnues pour certains d'entre-vous. 

 

Nous voici face à une AC Cobra 289 de 1964, châssis CSX 2424. Passant une grande partie de sa vie entre l'Ohio et la Californie, elle fut ensuite offerte à un Européen en tant que cadeau d'anniversaire. La Cobra est entièrement noire, l’extérieur comme l’intérieur, seul le volant est fait de bois. 

Voici une AC Cobra 427, de 1966, dont la couleur semble s'approcher du British Racing Green... CSX3217 était bien connue des membres de l'AC Owners Club dans les années 70 et 80. Il y a eu deux AC Cobra 427 Filipinetti, dont celle-ci fait partie.

Une superbe Facel Vega FV 2B représentant parfaitement le luxe à la Française d'antan.

Comparable à une AC Cabra stylistiquement parlant, cette Siata 300 BC de 1952, beaucoup plus rare, est toujours entre de bonnes mains françaises, ce qui fait toujours plaisir à voir.

Les Citroën DS à Carrosserie Spéciale

 

Voici la Citroën DS Prototype groupe V "TAP", perdant deux portes au passage.

 Ou encore la DS Prototype groupe V "Ronde de Chamonix", autre auto de rallye.

Un style grandement repensé pour la DS Présidentielle de 1968 (elle servit donc au Général de Gaulle), qui est nettement plus imposante et loin d'être moche, malgrè ses 6 mètres 53 de long.

La Citroën DS21 Coupé Le Léman, encore une création de Chapron ! Cela faisait longtemps que nous voulions en voir une tranquillement, car c'est une auto qui s'admire dans les détails. Vingt-sept exemplaires virent le jour.

Citroën DS21 Coupé Le Caddy, appartenant à Irvine Laidlaw qui est plus réputé pour sa Ferrari 250 GTO.

Et enfin, la Citroën DS19 Coupé Le Paris, dont la production ne franchira pas la dizaine d'exemplaires.

Les Citroën SM à Carrosserie Spéciale

 

La Citroën SM Espace, par Heuliez, de 1971 est munie d'une sorte de toit découvrable. Sans ça, pas sur qu'il y ait beaucoup de changement par rapport à une SM d'origine.

La Citroën SM Présidentielle de 1972 prend la relève de la DS éponyme, quatre années plus tard.

La Citroën SM V8 de 1973... Voici la Citroën SM qui a sûrement le plus attiré l'attention lors du Concours. Il faut dire que son rouge ne passe pas inaperçu. Autre particularité, et sûrement ce qui fait qu'elle soit là, son moteur : un curieux V8 que l'on peut voir sans ouvrir le capot moteur ! 

Voici la SM dans sa version Mylord, la version découvrable de Chapron. Six exemplaires virent le jour et celui ci ne nous est pas inconnu. En effet, nous l'avions rencontré lors de la vente qu'organisait Artcurial à Rétromobile, en 2014. Son propriétaire collectionne bon nombre de Citroën spéciales, et n'hésite pas à les montrer au public !

Les Formule 1 de 1966 à 1972 inclus



Voici une Lotus 49B de 1968. Il s'agit du châssis R6. Dans le championnat du monde de Formule 1, sa présence s'est faite remarquer ! Elle participa en 1968, en 1969 et en 1970 dans le championnat. Et chaque année, cette 49B remporta une victoire. Elle arbore une livrée rouge et blanche, celle du cigarettier "Gold Leaf". La voici aux côtés de Richard Mille, qui faisait lui le tour des concurrents... 

Voici une Ferrrari 312 B2. La 312 B2 fut construite pour participer consécutivement trois années dans le championnat du monde de F1. Elle prend la succession de la 312 B, et se verra remplacée par la 312 B3. Le succès ne sera pas énorme. En trois ans, elle ne gagnera que deux Grands Prix (Pays-Bas en 1971 avec Clay Regazzoni, et Allemagne en 1972 avec Jacky Ickx) ainsi que la Course des Champions, en 1971 à Brands Hatch. L'exemplaire présent sous vos yeux, c'est le châssis 007. Il n'a remporté aucune de ces victoires. La plupart du temps non classée dans les courses, cette italienne terminera à la deuxième place au Grand Prix d'Allemagne en 1972, avec au volant Clay Regazzoni. 

Voici la De Tomaso 505 châssis 505-381, dont Piers Courage prit notamment le volant.

En 1962, la firme Tecno est créée. Cette Tecno PA123/3 a entre autres couru dans les mains de Derek Bell et Nanni Galli, sans connaître le succès escompté. En 1972, la voiture ne sera pas classée dans le championnat. 

Cette McLaren M9A se distingue par une transmission intégrale. Car, en 1969, la majorité des monoplaces sont des propulsions à moteur central. Derek Bell ou encore Bruce McLaren piloteront ce châssis M9A-1.

Bruce McLaren déclara d'ailleurs à son sujet : "Piloter la M9A, c'est comme faire votre signature avec quelqu'un qui bouge votre coude en permanence". Il n'en faisait pas des éloges donc.

Pour clore les Formule 1, une Brabham BT24. La BT24 sous vos yeux remporta en 1967 le Grand Prix d'Allemagne. D'autres BT24 auront le Grand Prix de France et le Grand Prix du Canada dans leur palmarès, la même année. Le modèle parvenant généralement à se classer second ou troisième. Elle est toujours dans sa livrée d'origine, avec la bande marron qui entoure le nez de la F1. Peu d'ajouts aérodynamiques : en effet, seuls des déflecteurs d'air en métal remplacent l'aileron avant pour maintenir la voiture au sol.

Les Voitures des Grandes Dames

 

Dans cette classe, nous retrouvons des voitures de "stars", comme Brigitte Bardot, Ursula Andress, Raquel Welch ou Madonna. Sûrement la classe la plus relayée par les médias cette année.

 

Débutons avec la Bugatti T35B d'Hellé Nice.  La carrière de pilote d'Hellé Nice, célèbre danseuse de cabaret et surtout passionnée de course automobile, commença en 1929, lors d'un Grand-Prix féminin sur l'Autodrome de Montlhery où elle gagna la course mais établi également un nouveau record du monde de vitesse féminin. Dans les années suivantes, elle concourrait contre les plus grands pilotes du moment tel Jean-Pierre Wimille ou Luigi Fagioli. La Bugatti n’apparaît qu'en 1932, lorsque qu'elle remporta le Rallye Paris/Saint-Raphaël Féminin mais également la côte de Pougues-les-Eaux, avec bien entendu la danseuse à son volant. Cette Bugatti, c'est une Type 35 B d'un ton vert pâle à l’intérrieur cuir marron. Ce n'est pas courant d'en voir une dans cette configuration ! 

Poursuivons avec une Delahaye 135 MS carrossée par Figoni & Falaschi. Commandée par Lucienne Dhotel, dite "La Môme Moineau", chanteuse de music-hall, femme la plus riche du monde d'avant-guerre, elle-même, fin 1938, ce châssis 60173 a été carrossée dans la foulée par Figoni & Falaschi, avant sa livraison qui a eu lieu début 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, Lucienne décide de donner un coup de jeune à sa voiture et elle retourna probablement dans les ateliers Figoni. En 1950, la voiture participa au tournage du film "Le Château de Verre". Puis quelques années plus tard, La Môme s'en sépara... La Delahaye est superbement présentée, dans une combinaison de couleurs très classe.

Passons à présent à la Ferrari 250 Europa GT. Construite en 1954, elle est carrossée par Vignale un an plus tard, à la demande de la Princesse Lilian de Rethy, épouse du roi Léopold III de Belgique, ce qui rend cette 250 Europa GT unique au monde. Unique, sa carrosserie l'est d'ailleurs aussi. Quelques années plus tard, la Ferrari prendra l'avion en direction des Etats-Unis où elle restera jusqu'en 1980. Puis, elle a fait le chemin inverse pour se retrouver dans la collection du néerlandais Frits Kroymans, importateur Ferrari. Grâce au moteur V12 "Colombo" de la 250 MM et aux trois carburateurs Weber 36 DCF, le moteur développe au total 240 ch à 7000 tr/min.

Sortie de l'usine en 1957, une BMW 507 fut vendue neuve à... Elvis Presley ! Il la revendit rapidement, puis la voiture fut utilisée comme voiture d'essai pour la presse et a même participé à des course avec Hans Stuck au volant. Autant dire, qu'elle était un peu rincée... Après une réfection moteur, Elvis décida de la racheter ! Mais nous ne parlons pas là de la voiture du Concours. En effet, Elvis décida d'acheter une autre 507 pour l'offrir à sa compagne de l'époque, Ursula Andress : le châssis 70192. Elle lui fut vendue en 1958, et l'actrice la garda une quinzaine d'années. Il ne faut donc pas confondre cette 507 blanche avec celle qui a réellement appartenu à Elvis Presley, et qui a été retrouvée dans un sacré état en 2014 !

Voici à présent, la magnifique Rolls Royce de Brigitte Bardot. Cette Silver Cloud II Convertible, à carrosserie Mulliner, est l'un des cinq exemplaires produit avec cette carrosserie spéciale. Son premier propriétaire fut un playboy américain, Andrei Porumbeanu et en 1966, elle changea de propriétaire, puis en 1970, c'est l'actrice Française Brigitte Bardot qui l'acheta. Mais elle la garda seulement deux années avant que, son quatrième propriétaire, Charles Jourdan, concepteur de chaussures, en prenne possession le 28 Juin 1972. Il la fit repeindre dans un magnifique bleu nuit, plus discret que le blanc d'origine. L’intérieur est, comme l’extérieur, très élégant, cuir patiné bleu avec beaucoup d'éléments vernis et/ou en bois, lecteur radio stéréo Voxson, très chic et très recherché à l'époque. C'est sous cette configuration qu'Albert Prost l'acheta en 1973.

Une autre grande star du cinéma, Raquel Welch. L'actrice apparut dans le film "Fathom" avec cette Ferrari 275 GTS de 1965  - construite à 200 exemplaires et principalement pour le marché américain -  en 1967 et elle prit beaucoup de plaisir à conduire cette belle Ferrari pendant le tournage. Le réalisateur du film lui offrit très généreusement la voiture après la sortie du film. L'actrice garda longtemps cette auto et pris toujours autant de plaisir à la conduire. Une des plus belles voitures de la classe !

Voici la dernière auto de cette catégorie, et la moins inintéressante à notre gout. C'est une Mercedes-Benz 280 SE offerte en 1986, à la star de la Pop Madonna par son époux Sean Penn. Madonna apparut dans le clip de son titre "Deep and Deeper" au volant de son cabriolet blanc. 

Grand Tourisme : Les Voitures de Course et de Ville ouvertes

 

Voici pour débuter une magnifique Ferrari 166MM. On retrouve dans cette carrosserie tout le savoir-faire de la Carrozzeria Touring. C'est simple, mais tellement beau. Ces belles lignes, elles les a acquises dans de tristes circonstances. En 1950, durant les Mille Miglia, la voiture fut impliquée dans un accident mortel. L'actuel propriétaire la possède depuis 1989, et il ne manque pas de montrer sa voiture. Il ne se passe pas une année sans qu'elle ne participe à un événement.

Voici une sublime Porsche 356 Speedster de 1958. Vraiment rien à redire sur son état : parfait de chez parfait. Elle n'a pas manqué de taper dans l’œil de Matthieu...

Voici une des nombreuses Ferrari 250 GT California passées entre les mains de Brandon Wang. Elle participe à bon nombre d'événements, ce qui fait qu'avec le temps on s'attarde moins dessus. Néanmoins, elle est superbe, et la carrosserie semble avoir bénéficié d'un joli coup de polish depuis Rétromobile. Il s'agit du châssis 2383 GT pour les intimes. Elle offre un bel historique en course.

La Jaguar XKSS fut produite à seulement seize exemplaires, et, du fait que beaucoup de répliques circulent, il est très difficile de tomber sur une vraie, comme celle présentée ici même. C'est seulement notre seconde à priori. Celle qui est devant nous aujourd'hui, c'est XKSS769, la dernière construite. Basée sur un châssis de Jaguar Type D, elle sortit de l'usine de Coventry en 1957. La Jaguar était alors marron. Ensuite, la voiture connut divers propriétaires. En 2010, elle était exposée au célèbre concours d’élégance de Pebble Beach.

Voici une Shelby Cobra 289 de 1963 qui courrait à l'époque pour le compte de l'usine, avec ce numéro 98. Ça change des trois autres Cobra de toute à l'heure, et dans le bon sens ! Une voiture de Bad Boy assurément, ce châssis CSX 2129.

Voici une OSCA 2000 S, joli barquette qui a vu le jour en 1954. Il devient de plus en plus difficile d'en voir une. Dans un si beau cadre, mieux vaut en profiter. Malheureusement, nos photos ne sont pas à la hauteur pour le coup.

Grand Tourisme : Les Voitures de Course et de Ville fermées de 1948 à 1956

 

La Fiat 8V Zagato Berlinetta de 1953 peut certainement vous rappeler les Maserati A6 Zagato.

Voici certainement la plus belle Ferrari présente dans ce concours d'état : une 250 MM de 1953, qui vient se prélasser sur les pelouses de Chantilly face au public pour la première fois depuis sa sortie de restauration. 0340 MM est superbe comme vous pouvez le voir mais parlons un peu de sa configuration extérieure si vous le voulez bien : le bleu est celui d'origine et le numéro 356 fait référence à l'un de ses "exploits" en compétition. En 1954, pendant Tour de Sicile en Italie, elle termina septième. Chaque détail est impressionnant sur cette auto, comme les sangles en cuir sur le capot ou encore la plaque d'immatriculation "ROMA" d'époque !

Portant déjà cette plaque d'immatriculation "3 HMY" à sa sortie d'usine, qu'elle garda tout au long de sa carrière, cette Aston Martin DB3S Coupe de 1955 était également dans cette teinte de gris. Seuls trois exemplaires seraient sortis d'usine et celui-ci n'aurait pas couru du tout à l'époque. Quelques dizaines d'années plus tard, la voiture est retrouvée, dans une configuration de couleurs totalement différente : noire avec des jantes à rayons rouges. En 1989, elle était à vendre chez Christie's à Monaco. En 1996, elle était toujours noire, et l'auto a donc été repeinte depuis. En tout cas, on peut dire une chose : elle est vraiment superbe !

La sœur jumelle de la Fiat 8V présentée précédemment, voici une Maserati A6 Zagato de 1956 !

Grand Tourisme : Les Voitures de Course et de Ville fermées de 1957 à 1973


Dans cette classe se retrouvent des icônes de l'automobile. De très belles Ferrari, la très célèbre Ford GT40, ou encore la pas-si-ancienne-que-ça McLaren F1 GTR, présentée Hors Concours. C'est parti, découvrons cela !

 

Commençons par cette Ferrari 275 GTB Short Nose, qui vient de sortir de restauration en Italie. Elle est dans une couleur loin d'être commune, ce qui donne envie de s'attarder dessus. Superbe mais il est tout de même dommage que ce ne soit pas une Long Nose.

Cela fait toujours plaisir d'être en présence d'une vraie Ford GT40, avec le nombre de répliques que l'on croise ! Cet exemplaire est le châssis P1013. D'abord prototype, elle servit ensuite à la presse.

Voiture mythique, nous retrouvons cette année une des trente-six Ferrari 250 GTO sur les pelouses de Chantilly. Et pas n'importe laquelle, puisque c'est celle de l'Ecurie Francorchamps ! Sa superbe livrée change radicalement des autres rouges ! Passons à son histoire, tout de même assez intéressante. Tout d'abord, il s'agit de 4153 GT. Sa carrière "sportive" débute en 1963, aux 24 Heures du Mans. Elle y termina quatrième. Un an plus tard, c'est l'Ecurie Francorchamps qui en prend possession, et la voiture arbora alors la même livrée que celle sous nos yeux aujourd'hui. C'est d'ailleurs la première fois qu'elle se présente au "public" depuis le changement des bandes (auparavant jaunes, la voiture était souvent nommée la 250 GTO "Livrée Historique"). Elle est vraiment superbe.

Encore une légende ! C'est une de nos voitures favorites. Le modèle gagna les 24 Heures du Mans en 1995. Quatres autres autos prirent respectivement la troisième, la quatrième, la cinquième et la treizième place lors de la course. Celle-ci termina treizième.  Vous avez deviné de quoi nous parlions ? Oui, c'est bien de la McLaren F1 GTR ! L'exemplaire présent HORS CONCOURS aujourd'hui est 05 R, qui possède la célèbre décoration réalisée par l'artiste César. Elle appartient aujourd'hui à un Français, espérons qu'elle reste dans ses mains encore un certain temps !

McLaren F1 GTR 05 R - Chantilly Arts & Elegance 2015

Voici à présent un exemplaire unique. Cette Mercedes-Benz CLK LM, nous l'avions déjà croisée sur le stand de Classic Sport Leicht à Rétromobile en 2014. Nous vous avions alors raconté son histoire. Pour faire court, il fallait des exemplaires de route pour homologuer la voiture de course. Deux furent construits, celui-ci est le seul survivant. Extérieurement, peu de choses la différencient de la CLK GTR...

Mercedes-Benz CLK LM - Chantilly Arts & Elegance 2015

Cette Porsche 911 2.7L RS Touring est propriété de Régis Mathieu, qui est partenaire de l'événement avec la Mathieu Lustrerie, et qui participe ici avec une auto pour la deuxième année consécutive. Nous pensons que ce ne sera pas la dernière...

Cette Ferrari 250 GT Interim participe à bon nombre d'événements historiques. Le dernier en date, c'était Le Mans Classic en 2014 si notre mémoire est bonne. Ce modèle ressemble beaucoup à la SWB, sauf que seuls sept exemplaires auront finalement été produits. La différence majeure ? La forme des vitres...

Cette Aston Martin DB4 GT a, quant à elle, participé au Tour Auto récemment. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir une classe énorme, bien au contraire.

Les Intérieurs Iconoclastes



Très bel intérieur pour cette Ballot 2 LT !

Peter Mullin récidive cette année ! Gagnant du Best of Show l'an dernier avec sa Talbot-Lago Figoni et Falaschi, il revient aujourd'hui avec une autre création de ce designer de la démesure. Nous sommes face à une Avions-Voisin C27 Grand Sport Cabriolet de 1934, qui a entre autres appartenu au Shah de Perse ! Visiblement, ce dernier adorait l'excentrisme !

Cette superbe Avions-Voisin C28 Aerosport de 1935 a été restaurée en France, appartient à un Français, le tout pour une voiture française ! De plus en plus rare de nos jours. Elle dispose d'un intérieur réalisé par Hermes.

Cette Ferrari 166 MM de 1953 revue par Oblin est également propriété d'un Français. Nous l'avions déjà croisée à Retromobile en 2014, où Artcurial la mettait à la vente. Le noir de la carrosserie était alors mat. Cette année, elle était de nouveau à Retromobile, dans la configuration d'aujourd'hui cette fois-ci.

Voici la seconde Ferrari 250 MM du Concours. Elle est plus sobre et discrète, pour ne pas dire banale ! Elle n'est pas dans un état parfait non plus, mais ça nous suffit largement ! Comme la Voisin, l'intérieur est oeuvre d'Hermes.

Hommage à Bugatti : Les Voitures de Course



Ici nous retrouvons de toutes les Bugatti : des premières, à la toute dernière Bugatti Veyron Supersport, classée Hors-Concours évidemment. Débutons la classe avec cette Type 57S Corsica Cabriolet de 1937. Tout d'abord, il s'agit du châssis 57491. Alors, vous vous direz ? "Mais qu'est-ce que cette voiture peut bien faire dans cette classe ?". En fait, elle connut une première vie, sous la forme d'une barquette de course, qui était également oeuvre de Corsica, le carrossier. Ainsi, vous devinez qu'elle se présente à nous sous sa seconde robe, et non la première.

Voici une Bugatti Type 18 qui a fêté son centenaire il y a peu ! Ayant vue le jour en 1913, elle est certainement plus renommée pour son surnom, "Black Bess". La Bugatti arbore des détails subtils en or, et par ailleurs une Bugatti Veyron a été produite en son hommage, dans une configuration superbe.

Encore propriété du Monégasque Gildo Pastor (oui, cette famille vous dit sûrement quelque chose pour des histoires sombres et il fait parti de la dynastie) il y a peu, cette Bugatti EB110 SS est maintenant entre les mains d'un Français. C'est une des rares EB110 à avoir couru un minimum, et ce châssis 39017 a d'ailleurs un beau palmarès.

Il y a deux Bugatti Veyron Super Sport côte à côte pour terminer cette classe. La première, avec une carrosserie en carbone complétée par des touches d'orange, fait parti de la série des "World Record Edition - WRE". On aime ou on aime pas ! La seconde est un modèle client, réalisé avec du bon goût cette fois.

Les Voitures en Etat d’Origine de l’Entre-deux-Guerres ouvertes



Pour débuter cette superbe classe et celle qui suit, puisque le thème est à peu de choses près le même, rien de mieux que cette Alfa Romeo Tipo B P3 qui assume toujours fièrement sur elle les stigmates de son passé de compétitrice. Dans les années 40, elle a beaucoup couru aux Etats-Unis, et plus particulièrement à Indianapolis, parfois avec le succès à la clé. Le propriétaire de cette merveille, Hugh Taylor, a énormément de chance, et nous aimerions être à sa place !

Cette Bentley 8 Litres Le Mans Type Four-Seaters Sports à carrosserie Vanden Plas de 1932 (oui le nom est long !) est assez particulière de par son style ! C'est un véritable bateau, quelque chose de vraiment atypique. Cet aspect unique est renforcé par les quatre portes et les quatre sièges. Difficile de rester indifférent face à ce monstre.

Voici une très belle Alfa Romeo 6C 1750 GS Touring Spider Speciale Superleggera de 1931 (à l'époque, il faut croire que les noms aussi longs étaient monnaie courante), qui a survécu à toutes ces années pour se présenter à nous dans un superbe état et dans une très belle combinaison de couleurs. Historiquement, elle participa aux Mille Miglia juste après sa sortie d'usine.

Pour conclure cette classe, voici une BMW 328 en parfait état. Peut-être jamais restaurée, mais sacrément bien entretenue alors !

Les voitures en Etat d’Origine de l’Entre-deux-Guerres fermées de 1930 à 1939



C'est un amateur de vin qui engage cette très belle Bugatti Type 57C carrossée par Van Vooren. Ce châssis 57835 présente une superbe patine !

La forme de cette auto semble avoir été sculptée par le vent : c'est un ensemble très fluide, une fluidité qui se retrouve jusque dans la découpe des vitres. Il s'agit d'une Bentley 4 1/4 Litres Pillarless Coupe.

Mercedes de 1924 à 1942 : 4, 6 & 8 cylindres à compresseur



Voici pour commencer une Mercedes-Benz 500K, oeuvre du carrossier Edmann & Rossi.

Vient ensuite une Mercedes-Benz SS Grand Prix de 1929 qui semble avoir gardé son état d'origine.

Attaquons les trois plus belles voitures de cette classe, selon nous ! Le rouge, que l'on retrouve même dans de petits détails, sied parfaitement à cette Mercedes-Benz 500K Roadster en état concours. Mais elle est présentée Hors Concours.

Engagée par le Louwman Museum, voici une Mercedes-Benz 500K Spezial Roadster, discrète... mais tout simplement parfaite ! Comme l'autre 500K Roadster, celle-ci est également en parfait état esthétiquement parlant, et de plus elle à l'air de pouvoir parcourir les kilomètres sans désagrément, comme nous avons pu l'observer hier.

Cette Mercedes-Benz 680S Saoutchik représente un style tout nouveau pour nous. Jamais nous n'avions vu des Mercedes de ce type-là. C'est franchement joli, un mélange subtil de noir et d'aluminium/chrome. Il s'agit du châssis 35942, engagé à Chantilly par Uwe Schuler.

Les Voitures de la Famille Aga Khan

 

Nous voici à présent, à la dernière classe de l'événement : Les voitures de la Famille Aga Khan. Mais qui sont ces personnes ? Les Aga Khan, ce sont une famille princière ismaélienne. Après la mort de son grand père, le prince Sayyid Karim Al-Husayni appelé Karim Aga Khan IV, fils du Prince Ali Khan, alors âgé de vingt ans et toujours étudiant, lui succède à la tête de dix millions d'Ismaéliens. C'est le 49ème imam de cette communauté ismaélienne. Pourquoi cette classe ? Les Kahn financent en partie le domaine de Chantilly.

 

Commençons par la Mercedes-Benz 300SL Gullwing. Elle a été livrée au prince Sadruddin Aga Khan directement à l'université de Harvard, et non dans une simple concession Mercedes ! Quelques mois plus tard, il se rendit à Gstaad avec la 300SL, alors que les routes étaient enneigées. Grise, la configuration reste assez banale. Détail bizarre, la voiture concoure dans deux classes, celle-ci et Grand Tourisme : Les Voitures de Course et de Ville fermées de 1948 a 1956 !

La Famille Kahn est une famille qui avait/a du goût ! Preuve en est avec cette Rolls Royce Phantom II Continental de l'entre-deux guerres. La Phantom est aujourd'hui propriété de Sir Michael Kadoorie.

Cet article se termine avec cette Maserati 5000 GT Frua de 1962, dans un état splendide.

A propos de Chantilly Arts & Elegance 2015... retrouvez :

- La vente Bonhams 

- La promenade du samedi

- Les animations

Ainsi que...

L'édition 2014

Peut-être souhaiteriez-vous réaliser une séance photo, mettant en valeur votre automobile ? Pour cela, il vous suffit simplement de remplir le formulaire de contact ! C'est avec plaisir que nous répondrons à vos attentes. En deux clics et un peu d'attente, vous aurez une réponse. Faites-en de même si vous souhaitez notre présence à un événement en particulier.

 

Flickr de nino

Sisters from another mother.
Angles.
Ready to rumble.
Off-road.
Cruising with style.
Uscire la sera.
Nero Enzo.
Barn find, but in Concours condition.
Garden party.
The most expansive car in the world - Bugatti Type 57 SC Atlantic.

Flickr de matthieu

250 GTO
Mille Miglia
Competizione
365 California
RB991
MC12
Fake sea
Aventador S
Phase II
Chiron