Été 2016 en Allemagne : retour en Terre Sainte, cap sur le Nürburgring !

- Textes et photos par Matthieu -

 

A peine rentré du Mans Classic, que j'ai une nouvelle envie de partir en voyage. En vérité, ce road-trip était prévu depuis le début de l'année. J'avais donc quelques mois pour concocter un programme simple mais chargé, le but étant de faire tout ce que je n'ai encore jamais visité aux alentours de Stuttgart. Le tracé m'est assez habituel, ceux qui me suivent depuis longtemps à travers les réseaux sociaux ou le site pourront le constater, c'est un parcours que j'ai déjà fait quelques fois maintenant ; Molsheim, Stuttgart, puis cette année le Nürburgring. Tout ceci en une durée de deux semaines, dont la fin sera marquée par l'Eifel Rallye Festival, véritable base de ce road-trip.

 

Fatigué du Mans Classic et de la route de la veille, je décide de partir de chez moi le 12 Juillet dans l'après midi, afin d'arriver à Molsheim dans la soirée. Je fais donc une croix sur l'usine pour aujourd'hui. Contrairement à mon dernier road-trip qui date de 2014, je commence cette année par Molsheim pour une simple et bonne raison, l'usine fermera ses portes dans quelques jours pour les vacances estivales.

 

Mercredi 13 Juillet, je me rends sur place dans la matinée avec de très bon souvenir. En 2014, j'avais eu la chance de voir les six Veyron Légendes revenant du concours d'élégance de Peeble Beach, et 12 Veyron au total. Je ne m'attends évidemment pas à arriver à ce résultat mais j'espère voir au moins une Chiron, dernière création de Bugatti. Le tour matinal ne s'avère pas concluant, je reviens à 14 heures après la pause déjeuner. Un camion fait son apparition près de l'usine pour un chargement, la porte latérale est ouverte et il n'y a aucune voiture dedans. Comme à leurs habitudes, les employés de Bugatti rusent et sortent la Veyron Grand Sport Vitesse WRC en direction du château afin que l'on y aille et qu'ils puissent charger tranquillement. Je suis donc la WRC comme ils l'espéraient avant de revenir à mon spot. Bingo ! Trois Chiron vont être chargées en l'espace de trente minutes. Le premier modèle est en nuance de bleu avec les jantes couleur carrosserie mais la remorque était beaucoup trop collée à l'usine pour que je puisse sortir quelque chose. Cela ne devait pas être facile à charger puisqu'ils l'ont reculée quelques minutes plus tard pour charger les deux autres ; une full marron intérieur orange et une bleue carbone / grise, dotée du même intérieur. La fin de l'après midi sera tout aussi clémente puisque la Veyron WRC sortira plusieurs fois et une Bugatti Type 51 fera même son apparition !

Jeudi 14 Juillet - la Cité de l'Automobile de Mulhouse & Garage Affolter

Alors que certains regardent le défilé à la télé, moi, j'entâmes mes premières visites par "le plus grand musée automobile du monde", la Cité de l'Automobile de Mulhouse, dans laquelle se cache la plus grande collection de Bugatti au monde, la Collection Schlumpf, puis je traverserais la frontière à la découverte du très réputé Garage Affolter Lamborghini, en Suisse.

 

Tout passionné d'automobile se doit de la connaitre, l'accès imposante de l'entrée de la Cité de l'Automobile se fait grâce à une passerelle enjambant le canal, vous vous trouvez ensuite face à une gigantesque façade en verre habillée par une sculpture insolite de voitures et d'animaux du Studio Milou. Après avoir payé son ticket de 13€ seulement, vous traversez un couloir avec des divers objets de collection avant d'arriver dans la salle principale de 17 000 m². Ici 243 véhicules allant de 1878 à nos jours sont exposées.

Après avoir paradé dans les allées dédiées aux "Ancêtres" dont bien souvent nous ne connaissons pas les noms, nous arrivons dans la partie consacrée aux "Classiques" de 1918 à 1938 puis dans celle des automobiles "Modernes" de l’après 1945. C'est ici que je passerais le plus de temps et surtout devant ces merveilles. Vous pouvez tout d'abord découvrir une Alfa Romeo C52 Disco Volante spyder de 1953 carrossée par Touring, dont seuls trois exemplaires ont été construits ; un coupé et deux spyders. Voici le second spyder. A sa droite se trouve le premier exemplaire construit de la Ferrari 250MM, châssis 0230MM. Puis, c'est une Ferrari 375MM de 1954, châssis 0450AM qui fait son apparition. Quelques autos plus loin se trouve une Ferrari 250 LM, châssis 5975, qui n'a pas quitté la Collection Schlumpf depuis 1967. Le compteur affiche environ 2000 kilomètres, serait-ce la 250 LM la moins kilométrée ? Dans la partie sombre d'à côté, on trouvait quelques rally-cars ainsi qu'une maquette du prototype de la Bugatti Veyron 16.4.

Bienvenue dans le temple de l'automobile ! Ce qui est pour moi la meilleure partie du musée, le hall des voitures de compétition. Ici, on trouve beaucoup, beaucoup de Bugatti, quelques flèches d'argent de Mercedes-Benz, et des formules 1 de toutes les années. Je m'excuse d'avance de ne pas tout vous montrer, mais vous comprendrez que la page doit contenir l'intégralité du road-trip sans que son chargement devienne éternel.

Voici la Mercedes-Benz 300 SLR qui a participé à la Targa Florio 1955 avec John Fitch. A ses côtés, vous apercevrez une Ferrari 500 TRC ainsi qu'une Porsche 908 longue queue, le châssis 90813, qui aurait été utilisé pour le tournage du film « Le Mans » avec Steve Mac Queen. Une auto qui me fait rêver depuis tout petit ; la Porsche RS Spyder. Me voilà comme un enfant !

La plus grosse partie du musée étant faite, je fonce au coffre-fort abritant les joyaux de Bugatti. Ce hall est certes, très mal éclairé quand on n'a pas de trépied, mais j'adore l'ambiance finale. Tels les joyaux de la Couronne Britannique, les deux Bugatti Royale sont entourées de capteur sonnant dès que quelque chose dépasse les limites autorisées. La grosse auto de six mètres de long, dotée d'une robe bleu et noire, ci-dessous n'est d'autre que la Bugatti Royale Type 41 Coupé Napoléon de 1929. Voiture personnelle d’Ettore Bugatti, elle porte les coups de crayon de son fils, Jean Bugatti, alors qu'il n'avait que 20 ans. 8 cylindres en ligne de près de 13 litres, développant 300 chevaux, lui permettent ainsi de propulser presque trois tonnes à une vitesse de pointe d'environ 200 km/h, juste impressionnant !

La seconde Royale, aussi bien mise en valeur, est le châssis 41131 nommé Park Ward, de 1933. Après être passée dans les mains de différents propriétaires, elle fut rachetée en 1963 par Fritz Schlumpf, l'un des frères Schlumpf, afin de prendre place dans la collection. A l’exception d'un nouveau garnissage intérieur, cette grande limousine n’a pratiquement subi aucune modification en 56 ans.

L'univers Bugatti est omniprésent dans tous les halls... Ma visite touche à sa fin, j'ai un peu plus d'une heure de route pour atteindre ma prochaine destination : le Garage Affolter Lamborghini Porrentruy. C'est toujours un plaisir de venir dans ce musée. Malgré le fait que les changements soient très rares, les deux Royale et le hall des voitures de compétition valent à eux deux le déplacement et le prix de l'entrée.

Le garage est réputé comme étant l'un des plus gros concessionnaires de Lamborghini, on va voir ! Je n'ai aucune idée de ce qu'il s'y trouve, il peut y avoir de tout mais j'espère tomber sur quelques Miura ! Peu après avoir passé la frontière, je me retrouve face à deux bâtiments dans une zone industrielle. D'un côté, la concession, de l'autre, la partie stockage. La concession est elle-même divisée en trois parties : le showroom, les occasions et le musée, fermé aujourd'hui... Parmi les très nombreuses Huracan, Gallardo, Aventador, et quelques Murcielago massacrée par Affolter, se trouvaient des Diablo, deux Miura, une CLK GTR et (surtout) mes deux premières Reventòn ! Une roadster dans la concession et une "Coupé" dans la partie stockage dont je n'ai pas pu avoir accès. La pluie abondante de dehors ne m'a permis que de faire un tour du bâtiment derrière les vitres, sous le parapluie, c'est la raison pour laquelle il n'y aura pas de photo du coupé dans cette galerie. 

Samedi 16 Juillet - Prochain arrêt : Stuttgart !

Journée de repos en ce vendredi 15 Juillet le temps de plier bagages et de recharger les batteries. Le lendemain, c'est un départ aux alentours de midi depuis Molsheim qui m'attend pour rejoindre la petite ville de Bad Leibenzell, près de Suttgart, où je dormirais pendant les quatre jours suivant. Le programme d'aujourd'hui était simple, faire les 150 kilomètres de route et s'installer tranquillement. Mais je n'ai pas pu m'en empêcher, n'étant qu'à 15 minutes de route de la Motorworld, il fallait y faire un tour ! Une GT3 normale et une RS dehors, une LT Spider qui retournera au garage pour un défaut au toit, et les voitures habituelles dans les boxes. 

C'est en repartant que je tomberais sur l'une des plus grosses surprises de ce road-trip. En effet, alors que je traverse la ville de Sindelfingen, où sont situées les usines Mercedes-Benz, je tombe totalement par hasard sur une SLR 722S Roadster, qui plus est décapotée ! Puis je reprends la route longeant les usines Mercedes-Benz, et plus précisément les parkings des usines. Pas véhicules clients sur les parkings que l'on peut voir depuis le bord de la route, mais bien des véhicules de test dont une vingtaine de prototypes fraîchement camouflés ! A ce moment là, je shoot tout ce que je vois et ferai le tri plus tard, mais ce que j'apprendrais le lendemain, c'est qu'il est interdit de photographier les propriétés privées en Allemagne, même en étant sur la voie publique. Du coup, je garderais les photos pour moi. Mais ne vous inquiétez pas, j'en verrai plein d'autres ! 

Lundi 18 Juillet - les préparateurs allemands

Dimanche oblige, tous les showrooms sont fermés, ce sera donc repos. Par contre, le lundi, c'est ouvert ! Aujourd'hui je visiterais cinq lieux différents aux alentours de Stuttgart parmi lesquels, deux préparateurs bien connus : TechArt et Gemballa, un tour chez Ferrari Göhm, Bob Forstner Pagani et une visite imprévue à Weissach. La journée débute vers dix heures, heure à laquelle tous les concessionnaires ont normalement ouvert leurs portes, par un rapide tour de la Motorworld, et une visite du concessionnaire Ferrari Göhm, un peu à l’écart des autres concessionnaires que la Motorworld accueille ; Bentley, Lamborghini, McLaren et tout récemment, un centre Porsche à ouvert ses portes dans les parages. Je rentre chez Ferrari, où l'accueil est toujours aussi sympathique, à la recherche d'une LaFerrari, F12 TDF ou une simple Enzo mais rien de tout ça. Direction ma prochaine destination : TechArt ! Sur l'autoroute, ou plutôt, dans les bouchons, deux prototypes Mercedes-Benz passent en sens-inverse et un prototype BMW me dépasse. Il s'agit de la nouvelle Série 5 (dévoilée depuis) dans sa version 540i M Sport. Le conducteur n'a pas l'air très ravi de me voir le photographier, mais moi je le suis ! Bref, me voici arrivé au siège social du préparateur TechArt, situé à Leonberg. Je suis accueilli une fois de plus très chaleureusement par une femme qui, après quelques échanges en allemand, nous attends parler avec mon frère et mon père et nous présente tous les modèles présents dans le showroom en Français. Voilà qui est merveilleux !

Nous lui expliquons alors tout notre périple, sans lui préciser que notre prochaine visite de la journée est le concurrent direct : Gemballa. Arrivé au 59 Hertichstraße, de l'autre côté de la ville, je me retrouve devant un bâtiment aux allures d'un entrepôt banale. Aucune voiture dehors, pas de bureau ni de personnel à l'accueil, seuls quelques photos aux murs et le logo m'assurent être au bon endroit. Ça ne fait rien, je retourne dans mon auto pour chercher un McDonald's. Mais alors que je m'apprêtais à partir, une femme nous aborde depuis l'entrée du bâtiment. Après quelques échanges, elle nous propose d'entrer afin de nous faire visiter l'atelier et nous laisse à un monsieur qui s'avère être Andreas Schwarz, le PDG de la marque. C'est donc le PDG de Gemballa qui nous fait visiter l'atelier ! Voici les deux autos que j'ai eu le droit de photographier : une Panamera "Mistrale" et une McLaren 12C "Gemballa GT" dont le wrap n'est pas très discret. L'atelier est également rempli d'autre Panamera "Gemballa Mistrale" et de Cayenne "Gemballa Tornado".

Midi retentit, je passe rapidement au McDonald's où les bornes automatiques sont uniquement... en allemand ! Un peu perdu, un employé croit pouvoir nous aider et nous explique comment cela fonctionne mais... en allemand ! Bref, on a absolument rien compris donc on le remercie et commande selon l'image, ce qui n'est pas très compliqué en soit.

Direction Bob Forstner à présent où devrait m'attendre la visite d'un musée Lamborghini et quelques Pagani. En effet, Bob Forstner est depuis quelques années importateur et revendeur Pagani et depuis ses débuts, revendeur Lamborghini.

Mais mauvaises nouvelles, le musée ne se visite pas aujourd'hui (J'avais cependant pris le temps de regarder les horaires et jours de visite sur leur site internet), et je n'ai pas le droit de photographier l'atelier, dans lequel il y a entre autre, deux Zonda F Roadster. Bref, voici tout de même un aperçu de ce qu'il y avait dans le bâtiment principal, le musée Lamborghini étant à l'étage, nulle possibilité de prendre de photo.

C'est sur ce coup de massue que je décide d'entamer le programme de demain, à savoir, passage à Weissach, où le centre de recherche et développement de Porsche est installé. Je vais essayer d'expliquer en résumant du mieux que je puisse ce qui m'est arrivé. Lorsque vous arrivez sur les lieux, la route que vous empruntez longe les bâtiments et parkings bien remplis. Je me suis donc arrêté un peu plus loin pour aller voir ce qui était sur les parkings, en l’occurrence, des nouvelles Panamera, 718 et 911 R. Mais alors que je photographie le tout, un homme dans un Cayenne à allure de Safety Car s'arrête au milieu de la route et descend rapidement pour nous demander de supprimer toutes les photos prises des parkings. Il nous explique alors qu'en Allemagne, il est interdit de prendre des photos de lieux privés mais qu'il est tout a fait légal de photographier sur la voie publique (telle est la raison pour laquelle je poste les photos suivantes). C'est escorté par le Cayenne que nous sortons du parking dans lequel nous étions alors garés. Avant l'interpellation, j'ai pu voir deux mulets de la prochaine 911 Carrera GTS ainsi que plusieurs Panamera et un 718 Cayman de toute beauté !

Déçu de la visite précédente qui ne s'est pas passée comme prévu, je ne renonce pas et me pose sur la route à la sortie de la "zone Porsche". A chaque Porsche usine qui passe, ce sont des regards menaçants du conducteur et des passagers, jusqu'au moment où l'un d'entre eux téléphone à la sécurité. Rebelote, le Cayenne revient mais cette fois, il prend juste notre plaque d'immatriculation et nous dit que l'on a le droit d'être ici. Toutes les voitures sont suspectes, du coup, on shoot absolument tout ! Sur l'avant dernière photo, vous pouvez voir le mulet de la Panamera MkII E-Hybrid, qui a depuis été présentée au Mondial de Paris. En ce 18 Juillet, c'était l'une des premières, si ce n'est pas la première, à être photographier. Pour ne pas avoir plus d'ennuis qu'on en avait déjà eus, nous avons décidé de ne rien poster sur internet jusqu'à sa présentation.

Mardi 19 Juillet - retour en terre sainte !

Le passage obligatoire à Zuffenhausen, fief de marque de Ferdinand Porsche, est prévu pour ce mardi. Pourquoi Mardi et pas un autre jour ? Tout simplement parce que je suis toujours venu un Mardi, peut être que ça me porte chance, qui sait ?!

A mon arrivée sur la Porscheplatz, je ne peux m’empêcher de contempler l'oeuvre de Gerry Judah, mesurant quelques 23 mètres de haut, digne d'une sculpture du Festival of Speed de Goodwood ! On peut y voir trois modèles de 911, une Classic, une Type G et la dernière 991 Phase 2. Devant le musée, une GT3 RS Ultraviolet du service de location "Porsche Drive" attend ses premiers clients.  La visite du musée s'étendant sur environ trois heures, je fais toujours un tour au Porsche Zentrum, ou plutôt, dans le parking de ce dernier, car les autos n'y restent jamais garées longtemps. Une GT3 RS Lava Orange et une 918 blanche dans le parking, une Carrera GT et une autre 918 dans l'atelier, espérons qu'elles sortent !

Le musée accueille en ce moment une exposition sur les Porsche à moteur avant, je m’acquiers des 8€ d'entrée puis c'est parti pour trois heures de visite dans l'espoir de ne rien rater dehors.

 

Je vous invite à retrouver l'article sur cette visite en cliquant ici ou en vous rendant dans la rubrique "Rencontres et visites". 

 

Repas au restaurant du musée proposant des menus aux noms des modèles de la gamme Porsche, puis retour au soleil pour une après midi spotting ! En cette belle journée de Juillet, je devrais voir quelques autos sympathiques !

En effet et ça débute plutôt fortement ! Alors que je regarde si la 918 est toujours là (et c'est le cas), une GT3 RS 4.0l sort de la nouvelle partie Porsche Zentrum puis rejoint la Porscheplatz. Dans les merveilles que j'ai pu voir cette après midi, je retiendrais surtout la 550 Spyder Panamericana (que j'ai clairement ratée étant en voiture), la 918 Spyder bleue du centre Porsche, le 718 RS 60 ou encore les nombreuses 911R sortant fraîchement des usines. Pour ne pas refaire face à la sécurité des lieux, je n'ai pas pris de photo des autos derrières les barrières, c'est pourquoi vous ne voyez que celles dans la rue. 

Je peux dire que cette journée est un succès total : deux 918, une 550, un 718, des 911R et GT3 RS, tout ce que je souhaitais voir !

Jeudi 21 Juillet - direction le Nürburgring !

En réalité, c'est le mercredi 20 Juillet que j'ai pris la direction du très connu Nürburgring pour la dernière partie de ce road trip. Les cinq prochains jours au Nürburgring, choisis très minutieusement afin de profiter au maximum de cette dernière partie, seront rythmés par deux événements phares de ce road trip : L'Eifel Rallye Festival et les WEC 6H du Nürburgring. Mais qui dit Nürburgring, dit également Industry Pool Days. En semaine, la Nordschleife (boucle nord du circuit) est utilisée en tant que piste d'essaie de 20 kilomètres pour mettre à rude épreuve les nouveaux modèles des constructeurs automobiles. Voici notre sujet du jour ! Direction la Nordschleife et ses incontournables virages : je nomme Brünnchen et le Karussell !

 

Dans la ligne droite longeant la Döttinger höhe, et bordant les centres de Recherche et Développement des constructeurs, je croise une Aston Martin DB11 toute camouflée alors qu'elle est dévoilée... Pour ceux qui ne connaissent pas, le Karussell n'est pas accessible en voiture (sauf par le circuit bien sûr), le parking le plus proche est donc à Brünnchen. Une marche d'environ une heure est nécessaire pour atteindre le fameux virage, le temps de voir passer de nombreux prototypes ! La première à passer sous mon objectif est une AMG GT camouflée, étrange... Puis, une autre Mercedes : la nouvelle AMG E63 W213, présentée au Salon de Los Angeles depuis. C'est ensuite une Kia trop camouflée pour espérer repérer quelque chose, suivie de deux supercars : la nouvelle 991 GT3 Phase 2, dotée de la très attendue boîte manuelle (optionnelle), de nouveaux boucliers ainsi que des nouveaux feux arrières, et la Lamborghini Huracan Performante, trahie par les deux sorties d'échappement tout rouge incrustées dans le bouclier ! Toutes deux ont été dévoilées depuis lors du dernier Salon de Genève. Arrivé au Karussel, la prochaine génération du Cayenne fait son apparition, une nouvelle Panamera enchaîne les tours, la nouvelle RS3 Sedan également (dévoilée au Mondial de l'Automobile de Paris 2016) et le nouveau Range Rover Velar, raté plus tôt, repasse enfin.

Vers midi, le circuit devient très calme, seuls les prototypes déjà vus repassent comme la Panamera qui doit en être à une dizaine de tours depuis l'ouverture du circuit. Mais l'attente a payé ! #TheBestOfTheGreenHell pointe le bout de son nez ! Dans un ronronnement incroyable, la nouvelle Mercedes-Benz AMG GT R, version survitaminée de l'AMG GT, se montre enfin et ce, sans aucuns camouflages, donc en version de série ! Quelques minutes plus tard, une Hyundai fait son apparition. Il s'agit de la Veloster "N Series", une nouvelle marque dédiée aux véhicules sportifs de Hyundai, pas encore présentée. En voilà une bonne prise ! Mais ceci n'est rien par rapport à ce qui suit le Bentley Bentayga Diesel, et oui...

Toute noire, deux gros phares ronds, un bouclier imposant, un aileron digne d'une voiture de course, des ailes très larges, un ronronnement certes moins prononcé que l'AMG GT R, mais tout de même présent, et surtout, beaucoup de camouflage ; voici le mulet de la nouvelle GT2 ou GT2 RS !

Ce fut très bref, j'ai eu beau attendre dix minutes de plus, elle n'est jamais repassée... Paradoxalement, je n'ai pas mis de photo de l'Audi RS3 Sedan, qui est la voiture qui est passée devant moi le plus grand nombre de fois, tout simplement parce qu'elle a été présentée au Mondial de Paris dernièrement. Il est temps de rejoindre la ville de Daun pour le Shakedown de l'Eifel Rallye Festival. Je vous renvoie à l'article du rallye qui est disponible ici. Vous pourrez entre-autre apprendre la raison pour laquelle je suis revenu au Nürburgring quelques heures plus tard alors que rien de tout ça n'était prévu !

Pour la raison que vous connaissez donc, j'opte pour me garer dans le parking couvert du Ring°Boulevard, parking assez rempli comme le prouve la photo de la lignée des Porsche, ramenées à l'occasion de la course des Porsche Sports Cup Germany, l'une des courses d'ouvertures des 6 heures WEC. Ces véhicules seront prêtés à la presse et aux futurs et potentiels clients. Plus loin, cachés derrière des barrières, se trouvaient 15 Cayman GT4 Clubsport.

 

Seconde fois pour moi dans cet immense espace qui est le Ring°Boulevard, je fais un tour des préparatifs du Championnat du Monde d'Endurance (WEC). J'y vois dans un premier temps une nouvelle R8, une nouvelle TT RS Coupé, une GT-R 2016. Puis derrière le Ring°Arena, la surprise ! Porsche ont amené pas moins de neuf autos pour une exposition des véhicules ayant marqué l'histoire du Nürburgring. La première à prendre place sur la petite estrade est une Porsche 918 Spyder, mais pas n'importe laquelle. Voici le châssis détentrice du record au tour de la Nordschleife en 6 minutes et 57 secondes, faisant d'elle la voiture de série la plus rapide. Elle aurait depuis été battu par la Huracan Performante, dont le temps est un sujet de débat depuis sa révélation. La seconde auto est une 997 GT3 R du team Manthey Racing, connue pour avoir remporté les 24 heures du Nürburgring 2011. La team quant-à-elle, a gagné les deux premières manches de la saison 2017 du VLN avec leur 991 GT3 R ! Non loin d'elle se trouve une 911 Carrera 3.0 RSR, présente pour rappeler les nombreuses victoires avec ces 3.0 RSR, celle ci n'ayant jamais couru au Nürburgring. On peut également découvrir une 906 Carrera 6, ayant comme seul historique en compétition, les essais des 1000km du Nürburgring 1967 en tant que voiture caméra pour une chaîne de télévision allemande. Le cinquième châssis des Porsche 935 est aussi présent, celui qui a remporté les 6 heures de Silverstone, les 6 heures de Watkins Glen et les 6 heures de Brands Hatch la même année, en 1977. Elle a également participé aux 1000 kilomètres du Nürburgring la même année, avec Ickx et Mass au volant. Malgré une pole position, elle ne finira pas la course... 

Elles sont présentes aujourd'hui mais je ne les verrais plus du week-end, je parle bien du Volkswagen Combi et de la série très limitée, nommée 991 Club Coupé. Ce coupé Brewster Green n'a été produit qu'à 13 exemplaires, dont 12 clients, je vous laisse deviner où est passé le dernière modèle !

Vendredi 22 Juillet - les porschistes en force !

Jour J ! L'Eifel Rallye Festival commence officiellement aujourd'hui avec la première spéciale chronométrée, la Bosh Superstage, à partir de 14 heures. Ce qui nous laisse largement le temps de passer la matinée autour de la boucle Nord du Nürburgring. Après une rapide recherche sur internet, j'apprends qu'un trackday de "Destination Nürburgring" s'y déroule, allons voir ce qu'il y a ! Premier arrêt à la fameuse station essence de la Döttinger Höhe. En effet, les spécialistes des Trackdays sont bien là, et toujours accompagnés de leurs GT3 (RS) ! Très vite, une file de "track toys" se créer atteignant la route. Puis une Aventador SV gris matte fait son apparition.

Direction Brünchen pour voir tout ce beau monde en action. Malgré de nombreux drapeaux jaunes, aucun accident n'est à déclarer à ce virage. Puis drapeau rouge durant une bonne vingtaine de minute, tout juste le temps pour m'engloutir un sandwich avant que les autos r-envahissent le circuit. Les photos suivantes sont une courte sélection de ce qu'il y avait mais le nombre de 991 GT3 RS est vraiment hallucinant ! A tels point qu'il est possible d'en avoir deux sur un même cliché ! Treize heures passées, il est temps de partir au rallye. Je finirai cette magnifique journée dans un village allemand avec des Ford RS200 et autres Groupe B et S.

Dimanche 24 Juillet - de belles trouvailles !

La veille, j'ai passé ma journée à suivre le rallye entre spéciales et bords de routes, sous quelques gouttes d'eau. Aujourd'hui, changement radicale d'ambiance : C'est la course du Championnat du Monde d'Endurance (WEC). M'étant promis une chose concernant les WEC : soit, assister à ma première course lors des 24 heures du Mans, je n'assisterai donc pas aux 6 Heures du Nürburgring qui se déroule aujourd'hui. Ce n'est pas une mauvaise nouvelle non plus, puisque ça me fait économiser 70€.

 

Bref, j'arrive sur les lieux déjà envahis de fans sur les coups de dix heures. Le soleil tape très fort, je plains d'ailleurs les gens qui ont acheté une place sur des tribunes non couvertes. Je me gare dans un des parkings disponibles et pars à la chasse aux supercars en espérant ne pas trop m’ennuyer... Le spotting, ce n'est pas trop ma tasse de thé. Mais au Nürburgring, on ne s’ennuie jamais ! Après le passage d'un simple GT3 d'une configuration alléchante, je me trouve face à ma première 911 R ! (hors usine) Quelle beauté ! Le parking est également rempli de quelques Ferrari et d'une GT3 RS. Puis je me dirige dans le parking souterrain du Ring°Boulevard et là... c'est le jackpot ! Ou comment bien commencer sa journée ! Trois Porsche 918 Spyder figurent côte à côte. Puis c'est une quatrième 918 Spyder accompagnée d'une Lexus LFA dont le rouge est tout simplement sublime qui arrivent !

Il y a quelques jours, j'assistais à l'installation des animations dans le Ring Boulevard, j'y avais d'ailleurs vu les Porsche s'installer dont la 918 Spyder détentrice du record sur la Nordschleife. Mais un seul véhicule assez bas n'avait pas ôté sa bâche, allons donc voir ce qu'il se cachait la dessous ! A ma grande stupéfaction, il s'avère que ce n'était ni plus ni moins qu'une 919 Hybrid moitié réelle, moitié Lego. A l'extérieur, devant le Lidner Hôtel est exposée une autre 919 Hybride, la version 2016 cette fois. 

Entre une Shelby GT350 R, quelques Audi R8 destinées à la presse et une C7 dotée du pack performance, se trouvait la sixième 918 Spyder de cette fin de matinée, puisqu'il est alors tout juste midi.

Midi passé donc, direction le parking où est garée mon auto. En chemin, je tombe face à ce que je recherchais, une Carrera GT blanche et une GT3 RS 4.0L. Les deux GT3 RS étaient en option. Je remarque que l'aileron de la Carrera GT est fraîchement signé par le grand Walter Röhrl, peut-être a-t-elle effectué un arrêt à Daun ces derniers jours ? 

La fin de la journée approche, je décide d'aller peu avant Hatzenbach, au tout début de la Nordschleife, voir ce qui tourne en Touristenfahrten. Malheureusement, les accidents s'alternent entre le GP et donc, la course d'endurance du WEC, et la Nordschleife et le Touristenfahrten. Heureusement, depuis ce premier virage je peux apercevoir le dernier virage du GP, comme ça, pas d'attente !

C'est ici que s'achève cette magnifique journée, pouvoir mêler circuit et spotting intense sans trop se presser, c'est magique ! Tous les objectifs ont été atteints, y compris pour Porsche qui remporte la course avec la 919 n°1 ! Que demander de plus ? 

Au programme de la journée de demain : repos et visite des alentours et de la ville de Bonn. 

Lundi 25 Juillet - dernier jour en Allemagne !

Comme je l'ai dit précédemment, aujourd'hui, je devais visiter la ville de Bonn qui se situe à une heure de route du Nürburgring. Malheureusement, j'apprends la veille au soir, qu'un second attentat a eu lieu à Munich cette fois. Je ne suis pas du genre à baisser les bras devant ce genre d'événement mais je me résilierais à rester sur mes vingt kilomètres tant aimés.

La matinée sera consacrée aux préparatifs du voyage de demain ainsi qu'à quelques courses tandis que l'après midi, à une randonné d'une heure à travers la forêt pour rejoindre Adenauer Forst. Aujourd'hui, c'est trackday. Coûtant bien plus cher que des simples tours en Touristenfahrten, je peux m'attendre à plus de tracktoys, des autos préparées pour le Nürburgring spécifiquement.

A 17 heures, direction le parking du trackday. A cette heure ci, le parking est déjà bien vidé, seule cette GT2 à retenue mon attention. Je vais une dernière fois au Ring°Boulevard vérifier que toutes les autos sont déjà chargées. Entre temps, je tombe face à cette GT-R 2017. L'intérieur de Ring°Boulevard est vide, à croire qu'il n'y a jamais eu de course de WEC la veille !

Le lendemain matin, je prenais la route direction Paris pour la dernière journée du road-trip, qui est de loin la moins excitante...

Le road-trip à travers l'Allemagne est assurément l'un des meilleurs que j'ai pu effectuer. Parlons-en en quelques chiffres :

Au total, plus de 2 200 kilomètres parcourus, 2 musées visités, 10 lieux emblématiques, 2 800 clichés, de nombreuses heures de voiture, de nombreuses rencontres et de nombreuses voitures d'exceptions.

 

 

Ce voyage restera l'un des plus beaux selon moi et ce, pour un bon moment. A l'heure de la publication de cette page, le prochain road-trip d'été est déjà prêt. Il ne reste plus qu'à attendre le 29 Juin pour le départ d'une nouvelle aventure, qui sera moins "automobile" que celle-ci et un peu plus "voyage" mais toujours aussi merveilleuse !

L'Eifel Rallye Festival 2016, c'est par ici !
L'Eifel Rallye Festival 2016, c'est par ici !